26 C
New York
14 juillet 2024
Image default
Immigration

Des règles du jeu inégales : Les athlètes universitaires F-1, la NIL et la nécessité d’une action gouvernementale

Des centaines de milliers d’étudiants sportifs ont gagné de l’argent grâce à leur nom, leur image et leur ressemblance depuis que la National Collegiate Athletic Association les a autorisés à le faire pour la première fois le 1er juillet 2021. Si ces contrats ont apporté un soutien financier aux athlètes à tous les niveaux du sport universitaire, un groupe a été laissé de côté : les étudiants-athlètes résidant en dehors des États-Unis.

En effet, la plupart des étudiants-athlètes étrangers se trouvent aux États-Unis avec un visa d’étudiant F-1, qui impose des limites strictes à leur capacité de travail. Le gouvernement fédéral n’a pas expressément indiqué si les activités liées à la NIL, telles que signer des autographes, faire des apparitions ou publier des messages sur les médias sociaux, constituent un « travail » inadmissible, ce qui entraîne des inégalités non seulement entre les athlètes, mais aussi entre les écoles. Certaines écoles adoptent une approche prudente, tandis que d’autres promettent aux athlètes étrangers la possibilité de participer à des activités liées à la LNI sans se soucier des violations potentielles de leur visa. Afin de défendre au mieux les intérêts des étudiants sportifs étrangers et de leurs écoles, les équipes de BAL Sports & Entertainment et Government Strategies ont organisé une série de tables rondes virtuelles avec des écoles de la division I de la NCAA afin d’en savoir plus sur leurs expériences et de solliciter leurs points de vue.

Perspectives de la NIL dans la division I de la NCAA

Les écoles venaient de toutes les régions du pays et représentaient plusieurs conférences sportives, y compris chacune des cinq grandes conférences de la NCAA. Bien qu’elles aient toutes apporté un point de vue unique, elles ont insisté sur certains des mêmes thèmes à maintes reprises :

Les écoles veulent être guidées.

Dans l’ensemble, les écoles ont déclaré qu’elles voulaient des directives claires et précises définissant les activités de la NIL autorisées pour les étudiants sportifs étrangers F-1. Plus que toute autre recommandation spécifique, les écoles sont unies sur ce point. Elles veulent de la clarté.

Les étudiants sont vulnérables.

En l’absence de directives, les départements sportifs sont soumis à une pression énorme pour trouver des solutions de contournement ou des échappatoires afin d’attirer et de retenir les étudiants sportifs étrangers. Certaines écoles ont promis aux étudiants sportifs étrangers une participation garantie à la NIL, malgré l’absence de règles claires sur la question de savoir si de telles activités sont autorisées par les visas F-1. Les étudiants s’exposent ainsi à des violations potentielles de leur visa, ce qui pourrait affecter de manière permanente leur capacité à se rendre aux États-Unis pour travailler, étudier ou vivre.

Les règles du jeu sont inégales.

L’absence de politique d’immigration a conduit de nombreuses écoles à adopter une approche conservatrice, excluant les étudiants sportifs étrangers des activités de la LNI, y compris des accords de LNI au niveau de l’équipe. Cela crée des inégalités non seulement entre les joueurs, mais aussi entre les écoles, dont certaines sont moins prudentes. L’exclusion des étudiants sportifs étrangers des activités liées à la LNI complique la dynamique de l’équipe et du vestiaire, ce qui a un impact sur les performances et le moral de l’équipe.

Les accords de LNI sont bénéfiques pour l’économie.

Permettre aux étudiants sportifs étrangers de participer aux activités de la LNI favorise la croissance économique aux États-Unis. Bien que quelques contrats d’endossement de plusieurs millions de dollars fassent la une des journaux, la plupart de ces contrats sont conclus au niveau de l’État ou au niveau local, et soutiennent les emplois dans les communautés universitaires. Ces communautés ne bénéficient pas pleinement des revenus liés à la LNI lorsque les étudiants sportifs étrangers ne sont pas autorisés à y participer. En effet, peu d’entreprises américaines peuvent s’associer à des étudiants sportifs étrangers, à condition qu’ils quittent les États-Unis pour mener des activités liées à la LNI à l’étranger.

Les athlètes étrangers sont privés de l’expérience complète de l’athlète étudiant.

La participation à des activités de NIL joue un rôle important dans l’expérience de l’étudiant athlète et dans le développement global de l’étudiant dans son expérience éducative et culturelle aux États-Unis. Bien qu’il existe des options limitées permettant à certains étudiants athlètes étrangers de modifier leur visa pour tirer profit de leur NIL, les universités hésitent à emprunter ces voies car ces athlètes sont avant tout des étudiants, et non des employés.

La route à suivre

Comme nous le voyons avec le basket-ball universitaire masculin et féminin, le sport universitaire est une affaire de plus en plus internationale. En 2022, il y avait plus de 24 000 étudiants sportifs étrangers dans les sports de division I, II et III. Les étudiants sportifs étrangers représentaient 12,8 % des athlètes de la Division I, dont 15 % des joueurs de basket-ball universitaire masculin et 13 % des joueuses de basket-ball universitaire féminin. Dans le tennis masculin et féminin de division I, plus de 60 % des athlètes étaient originaires d’autres pays que les États-Unis.

L’impossibilité pour les étudiants sportifs étrangers de participer à la NIL entrave la capacité des écoles américaines à rivaliser pour attirer les meilleurs talents sportifs internationaux. Les étudiants sportifs étrangers doivent pouvoir bénéficier de leur NIL au même titre que leurs coéquipiers nés aux États-Unis. La nécessité d’une action gouvernementale est évidente.

La mosaïque de lois nationales sur la NIL a suscité des appels en faveur d’une législation fédérale plus large sur la NIL, et au moins une proposition permettrait aux étudiants sportifs étrangers de gagner de l’argent grâce à leur NIL sans mettre en péril leur statut F-1. Jusqu’à présent, les efforts législatifs n’ont pas abouti, malgré le soutien récent des principales conférences sportives universitaires.

En l’absence de législation, comme nous l’avons déjà indiqué, le ministère de la sécurité intérieure peut et doit publier des politiques clarifiant les activités autorisées dans le cadre de la NIL pour les étudiants sportifs F-1. Le Programme des étudiants et des visiteurs d’échange et le secrétaire à la sécurité intérieure Alejandro Mayorkas ont tous deux indiqué qu’ils fourniraient des orientations, mais rien ne s’est encore concrétisé.

Leave a Comment