-4.9 C
New York
25 février 2024
Image default
Propriété intellectuelle

Protéger le nom du jeu : Le rôle des avocats dans la protection des marques des athlètes

Ces dernières années, l’essor des marques déposées par les athlètes a marqué un changement stratégique dans la manière dont les personnalités sportives abordent leurs marques personnelles. Ayant reconnu leur valeur commerciale inhérente, les athlètes sont aujourd’hui considérés comme des marques puissantes dotées d’une identité commercialisable.

L’enregistrement du nom d’un athlète en tant que marque constitue une approche proactive de la protection et de l’exploitation de ces identités, permettant aux athlètes de contrôler leur image, de relever les défis du marketing sportif moderne et de s’assurer un héritage durable au-delà de leurs exploits sportifs. La demande d’enregistrement d’une marque est essentielle pour garantir et maximiser ces protections. Bien que la procédure puisse sembler simple, le droit des marques est complexe et la procédure de demande d’enregistrement comporte des subtilités juridiques qui peuvent avoir des conséquences à long terme si le demandeur commet une erreur au cours de la procédure. Sans conseils juridiques appropriés, les athlètes s’exposent à des risques de poursuites judiciaires, à des protections limitées et à la perte de l’identité de la marque.

Bien que le nom de l’athlète soit protégé en vertu de la common law et des lois sur les droits de publicité en vigueur dans les États, il est fortement recommandé à l’athlète d’enregistrer son nom au niveau fédéral auprès de l’Office américain des brevets et des marques (« USPTO »). Lorsque la procédure d’enregistrement échoue ou est mal exécutée, des actions en justice telles que des oppositions, des actions en contrefaçon, des procédures d’annulation et des actions en dilution peuvent être intentées. Les conseils d’un expert au cours de la procédure d’enregistrement réduisent la probabilité de tels litiges, dont la résolution est longue et coûteuse. Il est essentiel d’investir dans un conseil juridique expérimenté dès le début de la phase d’enregistrement pour s’assurer que les droits de l’athlète sont correctement représentés et obtenus.

Dans le cas de la star du basket-ball Luka Doncic, l’enregistrement fédéral de son nom complet ne lui a pas conféré de droits de propriété. Au contraire, il a donné lieu à une bataille juridique sans précédent contre sa mère. En 2018, la mère de Doncic, Mirjam Poterbin, a déposé une demande d’enregistrement de la marque « LUKA DONCIC 7 » aux États-Unis avec le consentement écrit de Doncic, alors âgé de 19 ans. Les agents de M. Doncic le représentaient à l’époque. La demande mentionnait Poterbin comme propriétaire de la marque, alors que Doncic était exclu de tout statut de demandeur/propriétaire. Une fois que l’Office américain des brevets et des marques (USPTO) a accordé l’enregistrement de la marque en 2020, Poterbin est devenu l’unique propriétaire de la marque, obtenant ainsi le contrôle juridique exclusif de son utilisation. Donic étant adulte au moment du dépôt de la demande aux États-Unis, il n’y avait aucune raison pour que sa mère soit identifiée comme propriétaire du nom de son fils.

Un an plus tard, Doncic, par l’intermédiaire de sa société Luka99 Inc, a cherché à prendre le contrôle des droits de marque sur son nom en déposant ses propres demandes de marque. Malheureusement pour lui, l’USPTO a refusé les demandes au motif que ses marques étaient trop similaires à l’enregistrement existant de la marque « LUKA DONCIC 7 » de Poterbin et qu’elles risquaient de semer la confusion dans l’esprit des consommateurs. En septembre 2022, Doncic a déposé une requête en annulation de l’enregistrement de la marque « LUKA DONCIC 7 » auprès de la Trademark Trial and Appeal Board de l’USPTO, ce qui a donné lieu à une bataille juridique acharnée. Après quelques mois de litige, Doncic et Poterbin ont conclu un accord privé, mettant fin au conflit.

La débâcle de Doncic souligne l’importance de faire appel à des juristes qualifiés lors de l’enregistrement d’une marque. Si les représentants de Doncic avaient veillé à ce qu’il soit identifié comme le propriétaire de la marque dans la demande en 2018, Doncic aurait eu des droits de propriété fédéraux sur la marque « LUKA DONCIC 7 » au lieu de Poterbin, sans tomber dans un litige avec sa mère et sans nuire à sa marque. C’est la raison pour laquelle la surveillance juridique au cours de la procédure de dépôt est essentielle pour éviter les enregistrements erronés, qui catalysent les litiges juridiques. Il s’agit d’un compromis équitable si l’on considère l’impact de ces litiges sur les ressources financières, la réputation et la longévité de la marque d’un athlète.

Leave a Comment