-1.5 C
New York
25 février 2024
Image default
Droit de la santé

Faire ce qu’il faut – Déclarer à la DPNI les actions volontaires entreprises alors qu’elles font l’objet d’une enquête

De nombreuses entités de soins de santé sont confrontées au dilemme de savoir s’il faut faire des rapports à la Banque nationale de données sur les praticiens (« NPDB ») et à quel moment, en particulier lorsqu’il s’agit d’un médecin ou d’un dentiste qui a volontairement limité ou cessé d’exercer à l’hôpital après que des problèmes de qualité des soins ou de professionnalisme ont été soulevés. Dans de tels cas, les hôpitaux et leurs équipes médicales doivent déterminer si un praticien faisait l’objet d’une enquête au moment où il a volontairement pris un congé, démissionné ou limité ses privilèges cliniques. Bien que la décision de faire une déclaration dépende toujours des faits, les hôpitaux doivent tenir compte des exigences légales et réglementaires, du guide du NPDB et de la jurisprudence pertinente lorsqu’ils décident s’il y a un devoir de déclaration au NPDB.

APERÇU DES EXIGENCES DE LA NPDB EN MATIÈRE DE DÉCLARATION

Le Health Care Quality Improvement Act (« HCQIA ») de 19861 a créé la NPDB dans le but d’améliorer la qualité des soins, d’encourager l’examen par les pairs et d’empêcher les médecins de se déplacer d’un État à l’autre « sans divulgation ou découverte de la performance antérieure préjudiciable ou incompétente du médecin ».2 Le HCQIA a créé des exigences de déclaration obligatoire pour les entités de soins de santé, établit des normes régissant les actions d’examen professionnel et fournit une protection de la responsabilité aux entités de soins de santé qui se conforment à ces normes. Pour se conformer à la loi fédérale, les hôpitaux et autres entités de soins de santé disposant de processus formels d’évaluation par les pairs doivent signaler à la NPDB certaines actions négatives liées à la compétence ou à la conduite professionnelle d’un médecin ou d’un dentiste3. Les actions qui doivent être signalées comprennent la réduction, la restriction, la suspension, la révocation ou le refus des privilèges cliniques, ou la décision de ne pas renouveler les privilèges cliniques d’un praticien si cette décision est fondée sur la compétence ou la conduite professionnelle du praticien.5 Les entités de soins de santé doivent également signaler au NPDB si un médecin ou un dentiste renonce à ses privilèges cliniques ou les restreint volontairement alors qu’il fait l’objet d’une enquête ou en échange du fait que l’entité de soins de santé ne mène pas d’enquête ou ne procède pas à une telle enquête.6

ABANDON OU RESTRICTION DES PRIVILÈGES CLINIQUES EN CAS D’ENQUÊTE

Les enquêtes, en elles-mêmes, ne doivent pas faire l’objet d’une déclaration. C’est plutôt la décision du médecin ou du dentiste de renoncer, de restreindre ou de démissionner de ses privilèges cliniques alors qu’il fait l’objet d’une enquête ou qu’il veut l’éviter qui doit être déclarée. Ce qui est considéré comme une « renonciation » ou une « restriction » peut être beaucoup plus large qu’une déclaration claire d’un médecin indiquant qu’il renonce à ses privilèges cliniques et à son statut de membre du personnel médical. Par exemple, le NPDB considère que le fait de ne pas renouveler une demande de renouvellement de mandat alors qu’il fait l’objet d’une enquête constitue une renonciation aux privilèges cliniques. Il en va de même pour la décision volontaire de ne pas exercer certains privilèges cliniques ou de prendre un congé après l’imposition d’une suspension sommaire qui a déclenché une enquête.8

Par exemple, si un médecin démissionne de l’hôpital A parce qu’il a décidé de concentrer sa pratique à l’hôpital B, mais qu’une enquête du personnel médical de l’hôpital A concernant une conduite non professionnelle était toujours en cours au moment de la démission, l’hôpital A doit déposer un rapport auprès du NPDB.10 De même, si un médecin limite volontairement ses propres privilèges dans le cadre d’une enquête sur ses compétences cliniques, un rapport doit également être déposé, même si le médecin n’a pas été informé de l’enquête.11 En outre, un congé qui limite les privilèges cliniques doit également être déclaré comme une renonciation aux privilèges cliniques si le médecin faisait l’objet d’une enquête au moment où il a pris le congé.12

LE TERME « ENQUÊTE » EST INTERPRÉTÉ AU SENS LARGE

Bien que les statuts et les règlements d’application du NPDB ne définissent pas le terme « enquête », le Guide du NPDB décrit de manière générale ce qui constitue une « enquête ». Le NPDB Guidebook précise qu’une enquête s’étend « du début d’une investigation [sur la pratique d’un médecin] jusqu’à ce qu’une décision finale sur une mesure relative aux privilèges cliniques » ait été prise.13 Les examens de routine applicables à tous les praticiens ne sont pas considérés comme des enquêtes ; cependant, un processus formel et ciblé lié à la compétence ou à la conduite professionnelle d’un praticien spécifique est considéré comme une enquête aux fins de la présentation de rapports au NPDB.14 Par exemple, l’évaluation initiale ciblée des pratiques professionnelles (« FPPE ») applicable à tous les praticiens qui se voient accorder de nouveaux privilèges n’équivaut pas à une « enquête », alors qu’une « FPPE pour motif valable » initiée par une évaluation continue des pratiques professionnelles en est une. Même si un staff médical indique dans ses statuts qu’une enquête n’a pas été entamée à moins que le comité exécutif médical n’ait commandé une enquête et/ou nommé un comité d’enquête ad hoc, si le médecin démissionne ou prend un congé alors qu’il fait l’objet d’un examen ciblé par un autre comité (tel qu’un comité d’accréditation), le NPDB peut toujours considérer que la démission ou le congé doit être déclaré.

Malgré le large éventail de ce que le NPDB considère comme une enquête, seules les enquêtes liées à la compétence ou à la conduite professionnelle donneront lieu à des obligations de déclaration. Dans l’affaire Long v. United States Dep’t of Health & Hum. Le tribunal n’a pas été d’accord, citant la preuve que le PDG avait discuté des « graves préoccupations soulevées par [le personnel médical] concernant la perturbation importante des services hospitaliers », et une lettre d’un comité ad hoc déclarant que le médecin s’était comporté d’une « manière conflictuelle » qui avait causé des perturbations et sapé l’approche d’équipe appropriée pour les soins aux patients18 . En outre, le tribunal a estimé qu’une communication ordonnant au médecin de se soumettre à une évaluation psychologique et les recommandations du comité ad hoc en faveur d’un examen externe des dossiers constituaient des preuves suffisantes que l’enquête était liée à la compétence ou à la conduite professionnelle du médecin19.

Les exigences de déclaration du NPDB s’appliquent indépendamment du fait que le praticien ait eu connaissance de l’ouverture d’une enquête ou qu’il ait cru à tort qu’une enquête était terminée.20 En outre, le guide du NPDB stipule qu’une enquête reste en cours jusqu’à ce que l’autorité décisionnaire de l’entité prenne une mesure finale ou clôture officiellement l’enquête.21 Par conséquent, la documentation d’une enquête, y compris toute mesure finale ou clôture, peut être un facteur clé pour déterminer s’il y a lieu de déclarer une démission ou une restriction.

Dans l’affaire Doe v. Leavitt22 , une infirmière a déposé une plainte écrite contre un médecin alléguant que ce dernier l’avait menacée23 . Le lendemain, le comité exécutif du corps médical a suspendu temporairement les privilèges du Dr Doe et a nommé une commission ad hoc chargée d’enquêter sur les allégations de l’infirmière, qui a déterminé que le rapport était crédible24 . Le comité exécutif a proposé que le Dr Doe soit autorisé à reprendre son travail s’il acceptait de se soumettre régulièrement à des examens et à des évaluations psychologiques.25 Le médecin a rejeté la proposition et a volontairement renoncé à ses privilèges cliniques, et l’hôpital a accepté la démission du médecin.26 Le médecin a contesté le rapport du NPDB déposé ultérieurement par l’hôpital, arguant que l’enquête avait pris fin lorsque le comité ad hoc a présenté son rapport au comité exécutif et que, par conséquent, le médecin n’avait pas démissionné alors qu’il faisait l’objet d’une enquête27. La Cour d’appel n’a pas donné raison au médecin, estimant que l’enquête était toujours en cours au moment où le médecin a démissionné et qu’une « enquête » ne prend fin que lorsque « l’autorité décisionnaire d’une entité de soins de santé prend une mesure finale ou met officiellement fin à l’enquête « 28.

LES TRIBUNAUX FONT PREUVE DE RETENUE À L’ÉGARD DU GUIDE DU NPDB

Les tribunaux font preuve d’une grande retenue à l’égard du Guide du NPDB lorsqu’il s’agit de déterminer la signification du terme « enquête », même si le Guide du NPDB n’est pas le produit d’une réglementation officielle. Par conséquent, les entités de soins de santé doivent faire preuve de diligence en examinant le Guide du NPDB, y compris les nombreuses questions-réponses qui traitent des actions de déclaration pendant une enquête, lorsqu’elles décident de faire ou non une déclaration.

Dans l’affaire Doe v. Rogers29 , lorsque les représentants d’un hôpital ont rencontré un médecin pour discuter d’un incident clinique, le médecin a accepté de s’abstenir d’exercer ses privilèges chirurgicaux dans l’attente d’une enquête.30 Plus tard dans la journée, le médecin a signé une lettre suspendant volontairement ses privilèges chirurgicaux pendant deux semaines.31 Deux jours plus tard, le médecin a volontairement démissionné du corps médical, ce qui a incité l’hôpital à soumettre un rapport à la NPDB.32

Lorsque le médecin a contesté le rapport du NPDB, le tribunal de Rogers a fait preuve de retenue à l’égard de la définition de l’enquête contenue dans le guide du NPDB en déterminant que le médecin avait démissionné alors qu’il faisait l’objet d’une enquête33. Le tribunal a déclaré que « lorsqu’une loi est muette sur une question, un tribunal s’en remettra à l’interprétation d’une agence contenue dans un règlement si elle est raisonnable, fondée sur une interprétation admissible de la loi, concerne une loi que l’agence administre, et les règlements ont été promulgués conformément à l’avis et aux commentaires, de sorte qu’ils ont force de loi ».34 En outre, le tribunal a présumé que le Congrès avait l’intention de donner au terme « enquête » son « sens ordinaire » et le terme est habituellement compris comme signifiant un « examen systématique ». Le tribunal a conclu que l’hôpital s’était lancé dans un « examen systématique « 35 concernant « l’incident chirurgical en rassemblant la documentation nécessaire, en s’entretenant avec les cadres concernés de l’hôpital, en rencontrant les médecins impliqués, en signalant l’incident au département de la santé de l’État et en organisant une équipe pour effectuer une analyse des causes profondes ».36 Le tribunal a estimé que ces activités constituaient des caractéristiques fondamentales et des preuves démonstratives du début d’une enquête.37 En outre, le tribunal a rejeté l’argument du médecin selon lequel il n’y avait aucune preuve d’une enquête formelle telle que définie dans les statuts du personnel médical. Dans une autre affaire plus récente, Wisner v. Dignity Health39 , un corps médical avait demandé au médecin des informations relatives à une inculpation pénale en cours en réponse à la demande du médecin de faire partie du comité d’appel40 . Le médecin a renoncé à ses privilèges et un rapport du NPDB a été déposé concernant la « démission alors qu’il faisait l’objet d’une enquête ».41 Le médecin a contesté le bien-fondé du rapport, faisant valoir qu’il ne faisait pas l’objet d’une « enquête » au moment où il a démissionné.42 Bien que ni la loi ni les règlements d’application relatifs au NPDB ne définissent le terme « enquête », la Cour d’appel de Californie a déterminé que le guide du NPDB avait droit à un niveau élevé de déférence en raison de l’expertise et des connaissances de l’agence et a estimé qu' »une interprétation extensive de ce qui constitue une enquête est nécessaire ».43 En concluant qu’une enquête commence dès qu’il y a une « enquête » ciblée sur une mauvaise conduite potentielle, la Cour a affirmé que le médecin faisait l’objet d’une enquête et que les défendeurs étaient immunisés contre toute responsabilité en vertu de la loi HCQIA.44

CONSIDÉRATIONS PRATIQUES

Dans la mesure où cela ne compromet pas une enquête, les staffs médicaux devraient envisager d’informer les médecins et les dentistes dès qu’ils font l’objet d’une enquête, car cela pourrait avoir un impact sur les décisions prises par le médecin ou le dentiste concerné concernant ses privilèges cliniques et son statut de membre.

Pour décider s’il convient de signaler une renonciation ou une restriction volontaire des privilèges cliniques dans le cadre d’une enquête ou pour l’éviter, les entités de soins de santé doivent examiner attentivement les faits et ne pas se concentrer uniquement sur la définition de l’enquête dans leur règlement intérieur. Néanmoins, le personnel médical doit toujours inclure dans son règlement une définition de l’enquête, y compris des indications sur le moment où la notification doit être faite aux praticiens.

Si une entité de soins de santé décide qu’un rapport doit être déposé, elle doit s’assurer qu’elle dispose d’une documentation écrite sur l’enquête. Parmi les exemples de preuves acceptables, on peut citer les procès-verbaux des réunions du comité, la correspondance des responsables dirigeant une enquête, ou les notifications aux praticiens d’une enquête (bien que, comme indiqué ci-dessus, la connaissance par les praticiens d’une enquête en cours ne soit pas requise).45 Il en va de même pour une entité qui décide qu’une démission ou une enquête ne doit pas être déclarée parce que le praticien n’était pas – ou n’était plus – soumis à une enquête. La clôture d’une enquête, qu’elle soit due à une action entreprise ou à la détermination qu’aucune action n’est justifiée, doit être documentée dans le procès-verbal de la réunion et dans une lettre adressée au praticien faisant l’objet de l’enquête.

Les médecins doivent également tenir compte des exigences de déclaration de la NPDB. S’il envisage de démissionner après avoir été informé d’une enquête, le praticien doit se demander s’il ne serait pas plus favorable à ses intérêts professionnels de démissionner après la clôture de l’enquête. Si le praticien sait ou soupçonne qu’il a pu faire l’objet d’une enquête dans le passé, il peut vouloir confirmer auprès de l’entité de soins de santé que l’enquête a été clôturée avant de prendre une mesure ayant une incidence sur ses privilèges cliniques.

1 Titre IV de la loi publique 99-660 (42 U.S.C. § 11101 et seq.).
2 42 U.S.C. § 11101.
3 La déclaration des autres professionnels de la santé est facultative mais encouragée. 45 C.F.R. § 60.12(a)(2).
4 45 C.F.R. § 60.12(a).
5 National Practitioner Data Bank Guidebook (« NPDB Guidebook »), p. E-32. En règle générale, l’entité qui prend la mesure déterminera si la compétence ou la conduite professionnelle du médecin ou du dentiste a un effet négatif sur sa santé.
dentiste affecte ou pourrait affecter négativement la santé ou le bien-être d’un patient.
6 45 C.F.R. § 60.12(a)(1)(ii).
7 NPDB Guidebook, p. E-36.
8 Idem, p. E-39.
9 Idem, p. E-49.
10 Voir id.
11 Id., p. E-36.
12 Id., p. E-50.
13 Id., p. E-36
14 Id., p. E-37.
15 Voir id. aux pages E-36-E-37.
16 422 F. Supp. 3d 143 (2019), aff’d, No. 19-5358, 2021 WL 6102198 (D.C. Cir. Dec. 3, 2021).
17 Id. aux pages 146 et 156.
18 Id. aux pages 150-151.
19 Id. p. 151.
20 NPDB Guidebook, p. E-36-E37.
21 Id.
22 552 F.3d 75 (2009).
23 Id. à la page 77.
24 Id., p. 78.
25 Id., p. 77.
26 Id.
27 Id.
28 Id., p. 86.
29 139 F.Supp.3d 120 (2015).
30 Id. p. 130.
31 Id. p. 130-131.
32 Id. p. 131.
33 Id. p. 135.
34 Id.
35 Id. p. 137 (citant Merriam-Webster, http://www.merriam-webster.com/dictionary/investigation).
36 Id. p. 138.
37 Id.
38 Id. à 142.
39 85 Cal. App. 5th 35 (2022).
40 Id., p. 39.
41 Id., p. 40.
42 Id.
43 Id., p. 47.
44 Id., p. 49.
45 NPDB Guidebook, p. E-37.

Leave a Comment